Quel genre de masque pour le coronavirus ?

Faut-il porter un masque contre le coronavirus ?

Le coronavirus se transmet principalement via les gouttelettes et sécrétions des voies aériennes supérieures. Pour retenir ces projections, le port du masque est essentiel. Mais connaissez-vous réellement la différence entre les différents types de masques ?

Schématiquement, il existe au moins trois grandes catégories de masques.

Le masque de type FFP


Le masque FFP est un appareil de protection respiratoire de très haut niveau de filtration. En effet, ce type de masque filtre l’air inspiré et expiré. Il est contraignant (inconfort thermique, respiration pénible) et est réservé, en règle générale, aux professionnels de la santé. Il n’est donc pas à destination du grand public.

Parmi ces masques, on distingue :

Les masques FFP1 filtrant au moins 80 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 22 %).

Les masques FFP2 filtrant au moins 94 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur< 8 %).

Les masques FFP3 filtrant au moins 99 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 2 %).

Le masque chirurgical/médical

Il s’agit d’un dispositif médical jetable visant à éviter la propagation des gouttelettes lorsqu’une personne tousse ou éternue. Il protège donc votre entourage. Aujourd’hui, un port généralisé de ce type de masque dans l’espace public est recommandé pour contrer la propagation de l’épidémie de coronavirus. On distingue trois différents niveaux d’efficacité :

Type I : efficacité de filtration bactérienne > 95 %.

Type II : efficacité de filtration bactérienne > 98 %.

Type IIR : efficacité de filtration bactérienne > 98 % et résistant aux éclaboussures.

Le masque de protection/civil jetable

Ce type de masque ressemble à s’y méprendre aux masques chirurgicaux. Il est principalement utilisé dans les pays asiatiques contre la pollution de l’air. En Chine notamment, on parle de masque normé GB/T 32610. Bien qu’il n’atteigne pas le haut niveau de filtration de l’air des masques respiratoires, ou même le niveau de filtration des masques chirurgicaux, ce type de masque peut être considéré comme masque barrière.

Le masque en tissu

Le masque en tissu, masque « alternatif » ou encore masque barrière ne doit pas être utilisé dans un cadre médical car ils ne répondent pas aux standards de qualité attendus par les professionnels de la santé. Ce type de masque n’atteint généralement pas le haut niveau de filtration de l’air des masques respiratoires, ou même le niveau de filtration des masques chirurgicaux. Il est recommandé d’analyser les méthodes de confection et les tissus utilisés. Pour cela, l’AFNOR (« Association Française de NORmalisation ») a mis en place, en France un guide pratique qui met en évidence les prérequis minimums pour un « bon » masque en tissu. (Lien : https://www.afnor.org/actualites/coronavirus-telechargez-le-modele-de-masque-barriere/)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *